Rencontre avec…  Céline Paravy-Atlan (fondatrice et dirigeante du concept MAPIÈCE)

Après une carrière dans la communication au sein du groupe Publicis puis chez April à la direction de la communication interne jusqu’en 2011, Céline Paravy-Atlan a décidé de voler de ses propres ailes en créant le concept MAPIÈCE. « Chez April, je recherchais régulièrement des lieux originaux pour organiser des réunions et autres comités de direction. C’est ainsi que m’est venue l’idée de créer une maison d’hôtes pour entreprises », explique-t-elle. Forte de cette approche visionnaire, Céline Paravy-Atlan ouvre MAPIÈCE Bellecour (210 mètres carrés, 4 pièces, capacité d’accueil jusqu’à 100 personnes) en 2012. Puis elle inaugure MAPIÈCE Jacobins (130 mètres carrés, 3 pièces, jusqu’à 25 personnes) en 2015, avant de prendre de la hauteur en 2017 avec MAPIÈCE Fontanières (125 mètres carrés, 3 pièces, jusqu’à 20 personnes), un luxueux nid d’aigle doté d’un jardin, d’une piscine et d’une vaste terrasse avec vue panoramique sur Lyon et le Mont-Blanc. Interview.

Comment se porte le concept MAPIÈCE ?
Super bien !! Depuis la création du concept, le chiffre d’affaires est en croissance permanente. Nous avons ainsi flirté avec les 750 000 euros de volume d’activité en 2017, accueilli 7 500 participants, préparé 12 000 cafés et servi en moyenne 500 déjeuners par mois. Des chiffres éloquents qui illustrent la fidélité de notre clientèle. Dans le même temps, le concept MAPIÈCE a grandi, muri. On ne gère plus seulement des structures d’accueil. Nous avons évolué vers un accompagnement complet de nos clients en offrant un panel de services. Ils peuvent ainsi se concentrer sur l’essentiel, en l’occurrence la réussite de leur événement. Parallèlement, nous avons renforcé notre positionnement haut de gamme en proposant par exemple une carte bistronomique en partenariat avec Café Arsène.

Comment expliquer ce succès ?
Notre recette, c’est d’être en permanence à l’écoute de nos clients et de leurs attentes. Voilà pourquoi le concept est en perpétuelle évolution, tout en restant fidèle à l’ADN, aux fondamentaux du concept. Cette écoute, cet accompagnement du client, est à la fois le gage d’une remise en cause permanente et d’un niveau d’exigence élevé. On est dans l’ultra personnalisation de l’offre sur un marché en croissance où il est nécessaire d’être différenciant tout en conservant une certaine simplicité. Lorsqu’une entreprise vient à MAPIÈCE, elle est chez elle. Elle s’approprie le lieu, ce qui facilité la déconnexion et l’échange en toute confidentialité.

Qui sont les clients de MAPIÈCE ?
Beaucoup d’entreprises régionales mais aussi de plus en plus de Parisiens. L’essentiel de nos clients sont de grands groupes et de belles PME. Cela étant, notre concept séduit aussi de plus en plus de start-ups en croissance et des professions libérales qui louent à la journée ou à la soirée, voire plusieurs journées d’affilées. On remarque aussi que nos clients reviennent régulièrement chez nous mais pas toujours dans le même lieu. En fait, tout dépend de l’événement organisé. Jacobins et Fontanières sont très prisés pour les comités de direction et les conseils d’administration. Bellecour, plus grand, est très apprécié lorsqu’il s’agit d’inviter des partenaires, des clients, des réunions d’équipes ou des show-rooms.

 Quels sont les projets de MAPIÈCE ?
On poursuit notre réflexion pour faire évoluer le concept avec deux actualités en 2019. D’une part, l’ouverture d’un quatrième lieu lyonnais, début janvier, complémentaire et encore plus exceptionnel. D’autre part, nous allons engager le développement du concept hors de la Métropole avec une implantation en début d’année prochaine sur un site où il fait beau et chaud… On envisage donc de poursuivre le développement de MAPIÈCE avec un projet d’offre résidentielle et semi résidentielle.

www.mapiece.fr

Propos recueillis par Pascal Auclair